Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UTILISATION PÉDAGOGIQUE - ARTICLE N° 10

Publié le par Hervé

15/10/2019 (Date réelle de publication)

PROJET PÉDAGOGIQUE

PARTICULIER AU CE2 (1)

Photo© Kamishibaï promotion

Cliquer sur les nombres bleus entre parenthèses pour approfondir.

Ce projet s'est déroulé dans la commune où je réside. J'ai été quelque peu impliqué. Il m'a semblé donc naturel d'utiliser la première personne à certains passages de l'article.

Hervé, animateur du blog

1. ANIMATION DU PROJET

Ce projet a été porté durant l'année scolaire 2018-2019 par Palmira Fras directrice de l'école primaire d'Arques la Bataille (Seine-Maritime) et enseignante de la classe, par Annick Cyprien, de Lire et faire lire 76 (1), intervenante régulière du projet, sans oublier les dix-huit élèves du CE2.

D'autres personnes sont intervenues ponctuellement ou fréquemment : les AVS, Jean Decaux (2) l'historien local et moi en tant que conseiller et répétiteur. 

Deux objectifs initiaux furent définis :

1. la Lecture de " Yamamba ou comment gober une sorcière" (3) par sept élèves avec pour chacun d'eux un livret afin d'apprendre l’histoire .

2. Création d'un kamishibaï par toute la classe et interprétation avec onze élèves concernés.

Un prestation finale impliquant la totalité des enfants devant les parents fût envisagée dès le départ.

B. PROGRESSION DU PROJET

1. Bain d’histoires, sensibilisation au thème choisi, à la culture japonaise et au kamishibaï

2. Lectures de kamishibaï 

3. Ecriture de l'histoire ayant un ancrage local (château)

4. Réalisation de l’histoire écrite en kamishibaï

5. Lecture de kamishibaï d’éditeur et du kamishibaï créé devant un public.

C. FRÉQUENCE DU PROJET

Chaque jeudi après-midi de septembre 2018 à juin 2019.

D. ÉLABORATION DU KAMISHIBAÏ PAR LA CLASSE 

Photo© Kamishibaï promotion   

La création s'est faite à partir de janvier 2019 et a duré plusieurs semaines. La construction du conte a été ancrée volontairement dans le château, monument historique du village, à l'histoire très mouvementée (4). Le travail s'est déroulée collectivement du choix des personnages à l'élaboration du scénario. Il en a été de même pour les illustrations mais cependant le dessin des  personnages a été confié à  quelques élèves. Quelquefois, certains montages par photocopie ont aidé à la réalisation des planches.

E. MISE EN VOIX

Ce fut une difficulté rencontrée au départ car le débit oral de certains enfants n'était pas assez puissant. Pour percevoir la nécessité de parler "fort", les élèves ont été éloignés les uns des autres, ce qui les a fait prendre conscience et obliger augmenter leur puissance vocale. Les progrès réalisés ainsi au fil des semaines ont vraiment été remarquables.

PARTIE 1 ​​​

F. MISE EN SCÈNE ET PRESTATION PUBLIQUE

Photo© Kamishibaï promotion

Plusieurs semaines ont été nécessaires pour régler la mise en scène en coopération avec l'intervenante musique Claire Imbrosciano. Les enfants visiblement très motivés ne  se lassèrent jamais. Au fil du temps, leur niveau d'interprétation augmenta qualitativement pour atteindre une maîtrise très correcte et surprenante pour des enfants de cet âge. C'est comme si le kamishibaï exerçait sur eux aussi une espèce de fascination bienfaisante. Ils accueillirent le moment de la représentation, lors de la fête de l'école, avec une grande fierté. 

C'est un élève de la classe, Ethan, vêtu d'un kimono, qui, à la manière d'un Gaïto Kamishibaiya, harangua la foule des parents spectateurs pour lancer le spectacle. Muni d'un hyoshigi, il cria : "Kamishibaï ! Kamishibaï !" comme le veut la tradition japonaise. Et la (re)présentation des deux kamishibaï s'enchaîna sans accroc.

Plusieurs rythmes musicaux créés par les enfants parsemèrent avec bonheur la prestation. Une chanson finale clôtura l'ensemble d'une proposition artistique chaleureusement applaudie par les familles .

G. OPTIMISATION TECHNIQUE

Photo© Kamishibaï promotion

La mairie du village a facilité l'octroi de matériel, apportant une part précieuse à l'organisation technique.

Ainsi, des micros judicieusement placés ont apporté un renforcement vocal optimum.

Les planches ont été photographiées et mises sur un ordinateur lui-même relié à un (petit) écran géant piloté par Camille Vauclin du Service Civique . Le public a pu apprécié visuellement chaque planche agrandie par cette procédure.

H. PROLONGEMENT

Photo© Kamishibaï promotion

Et comme chacun voulait garder un souvenir de cette belle année kamishibaî, il fut décidé de faire imprimer,  sous forme de livret et de kamishibai,  Le château de Guillaume.

I. CONCLUSION 

Laissons la maîtresse la livrer dans ces paroles tenues au journal municipal à propos de ce projet kamishibaï  : " Il a... uni un important travail oral et de diction, une prise de conscience de leurs (les élèves) savoir-faire. S'exprimer devant les copains ou face à un public n'est pas si simple, ça leur apporte une meilleure confiance en soi". 

N'est-ce pas un bel hommage rendu au théâtre d'images en tant qu'instrument pédagogique.

( à suivre)

POUR ALLER PLUS LOIN

Cliquer sur les nombres bleus entre parenthèses pour remonter au texte initial. ​​​​​​​

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

ALLER À 

PROJET PÉDAGOGIQUE PARTICULIER AU CE2 (2)

  ICI