Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 5 d

Publié le par Hervé

03/06/2020 (Date réelle de publication)

MANGA KAMISHIBAÏ 

du théâtre de papier à la BD japonaise

d'Eric P. Nash, Frederick L. Schodt 
Éditions de La Martinière

Année : 2009. 304 pages. 

PRÉSENTATION ÉDITORIALE

SOMMAIRE*

KP est en attente, de la part de l'éditeur, de l'autorisation nécessaire pour faire figurer photo, texte de présentation, lien direct, sommaire.

http://www.editionsdelamartiniere.fr/ouvrage/mangakamishibai/9782732440125

* Le livre est peut-être encore disponible à l'achat sur quelques sites marchands français ou étrangers.

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

RETOUR À LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE  ICI

RETOUR À LA FABULEUSE HISTOIRE DES MANGAS  ICI

RETOUR À LA BOÎTE MAGIQUE ICI

RETOUR AU SOMMAIRE DE L'ARTICLE  ICI

 

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 5 c

Publié le par Hervé

03/06/2020 (Date réelle de publication)

LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE

Photos © La Petite Bibliothèque Ronde

de plusieurs auteurs
Éditions La Petite Bibliothèque Ronde

Auteur(e)(s) : voir ci-dessous, entre les parenthèses. Année : 2019. 88 pages. Editeur : La Petite Bibliothèque Ronde.

PRÉSENTATION ÉDITORIALE

http://www.lapetitebibliothequeronde.com/La-bibliotheque/Nos-projets/Publication-La-rOnde

SOMMAIRE DE LA PUBLICATION 

● Édito (Olivier Ponsoye)

● La petite Bibliothèque Ronde,un lieu d'expérimentations et d'échanges professionnels 

 Le kamishibaï pour un monde en paix : la théorie et la philosophie de l'IKAJA  

 Kamishibaï et fraternité (Marie-Charlotte Delmas)

 Le kamishibaï : une fenêtre sur la culture japonaise traditionnelle et actuelle (Setsuko Maestle)

 ● Le kamishibaï : une entrée privilégiée dans les apprentissages langagiers des élèves (Maryvonne Audren)

 Le concours kamishibaï plurilingue : un projet d'inclusion sociale par l'ouverture aux langues (Anna Stevanato)

 Le kamishibaï au sein d'un dispositif UPE2A (Sarah Belghache)

 Le kamishibaï à la Petite Bibliothèque Ronde : partis pris (Michèle Valentines)

● Seiichi Horiuchi en cinq actes (Julien Maréchal)

 Insaisissable Seiichi Horiuchi (Roxane Schaeffer)

 ● La Littérature de jeunesse dans le Japon moderne (Clara Wartelle-Sakamoto)

 Sur les pas de Horiuchi avec l'auteure et illustratrice Junko Nakamura (Amélie Sacristan-Allende)

● Entretien avec l'auteurs et illustratrice Kotimi ((Julien Maréchal)

● "Féérie soie", un exemple de collaboration artistique avec Seiichi Horiuchi  (Bruno de La Salle)

 Les origines du kamishibaï

 Les principes d'une séance de kamishibaï pratiqué à la Petite Bibliothèque Ronde 

 Glossaire

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

ALLER À MANGA KAMISHIBAÏ...  ICI

RETOUR À LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE  ICI

RETOUR À LA FABULEUSE HISTOIRE DES MANGAS  ICI

RETOUR AU SOMMAIRE DE L'ARTICLE ICI

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 5 b

Publié le par Hervé

03/06/2020 (Date réelle de publication)

LA FABULEUSE

HISTOIRE DES MANGAS

    Photos © artpostal.com

de Pierre-Stéphane Proust
Auto-édition

Année : 2019. 96 pages. 

Un chapitre est consacré au kamishibaï. 

PRÉSENTATION ÉDITORIALE

SOMMAIRE DE LA PUBLICATION

http://www.artpostal.com/ouvrages_Pierre_stephane_Proust.aspx

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

ALLER À LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE  ICI

ALLER À MANGA KAMISHIBAÏ...  ICI

RETOUR À LA BOÎTE MAGIQUE ICI

RETOUR AU SOMMAIRE DE L'ARTICLE  ICI

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 5 a

Publié le par Céliniss

03/06/2020 (Date réelle de publication)

 LA BOÎTE MAGIQUE 

  Photos © éditions Callicéphale

d'Édith Montelle
Éditions Callicéphale

Année : 2007. Réédition actualisée en 2014. 120 pages.

PRÉSENTATION ÉDITORIALE

https://www.callicephale.fr/fr/boutique/kamishibai/la-boite-magique-2/

SOMMAIRE DE LA PUBLICATION 

Introduction

1. Le théâtre d'images et son utilisation 

Le kamishibaï ou jeu théâtral de papier 

 Le butaï ou castelet en bois

 Préparation et déroulement d'une séance

 Animer les images

 Décor et ambiance

 Voix et bruitage

 Répétition

 Le butaï ou castelet en bois

 Conclusion : un support qui                       concentre l'attention

2. Histoire du kamishibaï

 Une invention japonaise 

 Fin des années 20 : premier kamishibaï spécialement destiné aux enfants         

 Les gaïtos ou oncles kamishibaï

 Le kamishibaï en Europe

 Années soixante-cinq, soixante-dix, Toma à Clamart

 1976 : de la Foire de Bologne à la Bibliothèque des Jeunes de La Chaux-de-Fond

 Des kamishibaïs pour le butaï 

 Conclusion : à la recherche d'un éditeur                 

3. Se procurer des histoires

 Éditions françaises

 Éditions européennes         

 Éditions américaines

 Éditions asiatiques

 Kamishithèque

 Conclusion : un support d'histoire qui se répand dans le monde

4. Spécificités du kamishibaï

 Conte oral et kamishibaï

 Album et kamishibaï        

 Spectacle de marionnettes et kamishibaï

 Télévision et kamishibaï   

 Ordinateurs, tablettes

 Kamishibaïs digitaux

 Conclusion : des médias complémentaires    

5. Les créateurs

 Fabriquer un butaï  

 Écrire pour un kamishibaï : une écriture théâtrale

 Illustrer un kamishibaï

 Le conte du chat triste : un exemple de création scolaire pluridisciplinaire

 Photomontages

 Répertoire et rébus

 Conclusion : le kamishibaï, fruit d'une collaboration

6. Applications pédagogiques

 Théâtre d'images et pédagogie

 Des fiches pédagogiques

 Lire à haute voix devant un public

 Atelier d'écriture

 Créer un kamishibaï avec un illustrateur

 Le kamishibaï en bibliothèques

 Orthophonie

 Diversité culturelle

 Conclusion : un outil pédagogique de première nécessité

7. Autres domaines

 Initiation artistique

 Spectacles

 Information documentaire

 Publicité

 Catastrophes naturelles, guerres et paix

 Apprentissage du langage

 Un exemple original : favoriser la pratique de l'oral grâce au latin

 Intégration des étrangers

 Le kamishibaï dans la vie de la cité

 Apprentissage des comportements sociaux

 Connaissance de la langue de la communautés voisine

 La résurgence de la langue basque

 Quelques idées pédagogiques pour conclure

8. Les publics

 Tout-petits (crèches, jardins d'enfants, maternelles)

 Personnes handicapées

 Public étranger

● Un kamishibaï en prison : pour rêver et apaiser

 Enfants sourds ou malentendants

 Personnes agées

 Conclusion : que d'occasions pour raconter !

9. Formations

 Montages audiovisuels de présentation

 Formations

 Le Conservatoire Contemporain de Littérature Orale

 Culture japonaise et création artistique

 Formation continue : l'actualité du kamishibaï

 Conclusion : simplicité et créativité

10. Perspectives et conclusion

 Le caméléon, l'occasion de parler des couleurs et des différences

 Les utilisateurs

 Conclusion : coordination des travaux

 Projets et réalisations

Annexes

 Glossaire

 Remerciements

 Adresses

 Bibliographie

 Kamishigraphie

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

ALLER À LA FABULEUSE HISTOIRE DES MANGAS  ICI

ALLER À LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE  ICI

ALLER À MANGA KAMISHIBAÏ...   ICI

 ​​​RETOUR AU SOMMAIRE DE L'ARTICLE  ICI

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 5

Publié le par Hervé

03/06/2020 (Date réelle de publication)

C'EST À LIRE

TOUR D'HORIZON

Peu d'ouvrages français relatifs au kamishibaï. KP vous propose un guide des livres parus jusqu'ici. La plupart des éditeurs ont accepté de nous autoriser à divulguer, quand c'était possible, les sommaires. La présentation est volontairement par ordre alphabétique :

LA BOÎTE MAGIQUE ICI

LA FABULEUSE

HISTOIRE DES MANGAS ICI

LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE ICI

MANGA KAMISHIBAÏ ICI

du théâtre de papier à la BD japonaise

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 4 B

Publié le par Hervé

CLICS HYPERTEXTES EN BLEU TURQUOISE

15/01/2021 (Date réelle de publication)

L'APPRENTISSAGE (2)

 LE KAMISHIBAÏ SELON L'IKAJA

Photo© Libre de droit / MCJP   Kyoko SAKAI, porte-parole de l' IKAJA et  présidente de l'édition Dôshin-shya (4).

Cliquer sur les nombres, lettres et textes bleus ci-dessous pour approfondir.

Pour qui veut s'initier au kamishibaï, il peut être intéressant de connaître la vision particulière et codifiée de ce média, que porte l'IKAJA, à laquelle se réfèrent de nombreux pratiquants dans le monde. Cette connaissance permettra à l'apprenant d'orienter son processus d'apprentissage en s'inspirant, s'il le désire, des préconisations émises par cette association initialement japonaise, à moins qu'il ne préfère suivre un chemin culturel plus ou moins différent, en fonction de sa propre sensibilité artistique, de son projet personnel.

A. L'IKAJA

L'intitulé IKAJA désigne l'Association internationale des Kamishibai du Japon (1). Celle-ci, créé en 2001, a la volonté de favoriser la communication à travers le monde entre les personnes déjà passionnées, celles qui s'y intéresse et celles qui souhaitent le pratiquer. Elle a pour double but de promouvoir ce média artistique dans une perspective culturelle, en établissant le kamishibai comme un art mondial.

◆ Au 1er août 2019, L'IKAJA totalisait 952 membres, dont 583 au Japon, 369 répartis dans 51 pays du monde, et notamment 19 structures françaises adhérentes. (A)

Preuve de son rayonnement international, L'IKAJA a instauré une journée mondiale du kamishibaï située annuellement le 7 décembre.

l'IKAJA partage des informations sur le kamishibaï par la représentation et l'explication, au-travers de séminaires, de conférences, d'ateliers et par le biais de son site internet. (A)

◆ Les membres de l'IKAJA donnent aussi des représentations dans de multiples structures, notamment dans des zones frappées par des catastrophes. (A)

◆ Des représentants japonais de l'IKAJA se sont rendus en 2019 en France (Lyon, Paris). A ce sujet consulter les articles de KP ICI ou ICI et ICI ou ICI.

◆ Doshinsha (4), éditeur japonais de kamishibaï, est adhérent de l'IKAJA (voir aussi texte photo).

◆ Il est possible pour un particulier d'adhérer à l'IKAJA (1) (voir sommaire du site de l'association).

   SOMMAIRE  

B. LE KYOKAN

 la philosophie de l'IKAJA (1) est d'appliquer ce qu'elle appelle le kyokan (ou partage des sentiments).

Marie-Charlotte Delmas (2), auteure de plusieurs écrits sur l'IKAJA en France, évoque sur son site quelques considérations qui aident à mieux cerner le kyokan

 "Ce partage des sensations et de l’émerveillement de l’histoire racontée développe le sens du « kyokan », mot pour lequel nous n’avons pas d’équivalent et qui pourrait se traduire par « amitié par le biais des sensations partagées ». C’est grâce à cette culture du « kyokan » que les enfants peuvent appréhender un monde réellement humain. A une époque où le milieu environnant des enfants se dégrade, au Japon comme ailleurs, où les liens entre les êtres humains se distendent, les membres d’IKAJA pensent que le rôle du kamishibai, basé sur la communication, est plus important que jamais."(C)

Le but ultime de l'IKAJA (1) est de proposer un kyokan qui permet d'agir pour un monde en paix, au service du mieux vivre ensemble sur terre. 

Mais la mise en oeuvre du kyokan oblige à ne pas utiliser n'importe quelle histoire. 

  SOMMAIRE

C. LE CHOIX DES HISTOIRES

Pour permettre d'instaurer le kyokan, le titre choisi doit respecter plusieurs critères :

◆ Exprimer le sens de la vie et la joie de vivre. (B)

◆ Inspirer, par son sujet, une sympathie collective. (B)

◆ Susciter des sentiments partagés par le groupe. (C)

Marie-Charlotte Delmas souligne ainsi la nécessité absolue que "l’œuvre soit de bonne qualité, et surtout qu’elle puisse inspirer des sentiments partagés par le groupe. C’est ainsi que les histoires violentes, ou celles qui négligent l’importance de la vie ne seront pas retenues. Pour IKAJA, il s’agit avant tout d’un medium qui doit prôner les valeurs de paix et de partage." (C)

Pour initier ce climat particulier, les apparences visuelles devront être bien réglées.

SOMMAIRE

D. LA PRÉSENTATION

1. Le butaï

Il doit être, sans couleurs vives, sans détails particuliers et avec des volets aux formes arrondies. (La version aux portes pointues, diffusée en France, ne correspond pas à la tradition japonaise) 

2. L'arrière-plan

Un mur simple, sans détails particulier, est le meilleur choix. Il faut éviter que celui-ci portent des étagères ou d'autres éléments de nature à parasiter la concentration des spectateurs. En cas de problème, il est toujours possible de le recouvrir d'un tissu neutre.

3. La tenue du conteur

Les vêtements portés, de couleur unie, en harmonie coloré avec le butaï, ne doivent pas spécialement attirer les regards du public.

Voir aussi photo du haut.

SOMMAIRE  

E. LA SÉANCE 

1. Dans le détail

Pour avoir une idée précise de ce que doit être une représentation, KP invite le lecteur à lire deux documents internet externes tout à fait éclairants et très complets sur le sujet :

◆ Le site de l'IKAJA (1) livre un PDF, disponible en français, qui détaille un modus operandi précis "Comment présenter un Kamishibai" (rubrique "Comment exécuter Kamishibai") 

https://www.kamishibaiikaja.com/en/recommended-eng.html

◆ Le site de Marie-Charlotte Delmas (2) permet de lire un processus de représentation qui complète à merveille le premier document. 

https://www.mc-delmas.com/?s=kamishibai&x=0&y=0

Ces deux sites-ressources recèlent par ailleurs bien d'autres éléments qui permettent de mieux comprendre et d'appliquer la philosophie du kamishibaï selon l'IKAJA.

2. Une préconisation particulière

Relevons juste cette règle qui surprendra (frustrera?) peut-être certains pratiquants désireux de proposer une séance selon les règles de l'IKAJA (1).

Extrait du PDF indiqué ci-dessus :

•Ne pas contrefaire sa voix : En contrefaisant la voix, le conteur attire trop l'attention, ce qui peut rompre l'unité du récit. (B)

Donc, en clair, il faudra renoncer à faire plusieurs voix.

SOMMAIRE  

F. OUVRAGES DE RÉFÉRENCE (1)

Depuis sa création, trois ouvrages ont guidé l'action de l'association :

 Kyokan no yorokobi (La joie de Kyokan) (1998) (B).  

 Kamishibai no enjikata ou sa version anglaise How Perform Kamishibai questions et réponses (comment effectuer le kamishibai...) (2006 puis 2008) (B).

◆ Kamishibai Hyakka (Kamishibai Mini-Encyclopedia) en japonais, édité par IKAJA (2017) (B).

Ces ouvrages écrits en japonais par Noriko Matsui, publiés par Doshinsha (4) sont disponibles en utilisant le site de l'IKAJA (1). 

SOMMAIRE  

Cliquer sur les lettres bleues de gauche ci-dessous fait remonter,pour chacune, à leur première lecture respective.

(A) Source : publication La rOnde- n°1- le kamishibaï en pratique-Plusieurs auteurs-La Petite Bibliothèque Ronde- 2019, disponible sur le site de cette structure. (3)

(B) Source : site de l'IKAJA. (1)

(C) Source : site de Marie-Charlotte Delmas. (2)

REMONTÉE PARAGRAPHE E

SOMMAIRE  

POUR ALLER PLUS LOIN

Cliquer sur les nombres bleus entre parenthèses pour remonter au texte initial.

(1) IKAJA

Il est possible de trouver toutes les précisions pour mettre en oeuvre le kamishibaï selon les règles de l'association, de se procurer les ouvrages mentionnés ci-dessus, d'adhérer à ce mouvement, etc. : 

https://www.kamishibai-ikaja.com/

REMONTÉE PARAGRAPHE E

(2MARIE-CHARLOTTE DELMAS  

Cette dernière est aussi, auteure, scénariste, conférencière et historienne des croyances et superstitions populaires, publie sur son site, de nombreuses informations concernant la mise en oeuvre du kamishibaï, selon les préceptes de l'IKAJA :

https://www.mc-delmas.com/

Sur son site, on trouvera de nombreuses informations concernant la mise en oeuvre du kamishibaï, selon les préceptes de l'IKAJA :

https://www.mc-delmas.com/?s=kamishibai&x=0&y=0

(Lire aussi ci-dessous).

REMONTÉE PARAGRAPHE E

(3LE KAMISHIBAÏ EN PRATIQUE

Notons que Marie-Charlotte Delmas (voir ci-dessus), parmi d'autres signatures, y a écrit un passionnant article relatant, entre autres, sa découverte du kamishibaï, ses réticences initiales, le rôle qu'elle joua dans l'introduction des premiers titres en français en Europe, etc... 

Il est possible également de consulter ces publications KP concernant cet ouvrage, dont le sommaire, ICI ou ICI

  LA PETITE BIBLIOTHÈQUE RONDE

http://www.lapetitebibliothequeronde.com/

(4DOSHINSHA

En France, les kamishibaï de Doshinsha, dont certains conviennent à la mise en place du kyokan, sont distribués par la librairie Junku qui commercialise par internet, mais possède aussi un magasin parisien au 18 rue des Pyramides à Paris :

https://www.junku.fr/

Pour en savoir plus sur les titres de Doshinsha, un lien à utiliser :

https://www.doshinsha.co.jp/kamishibai/translations

SOMMAIRE  

​​​​​OUVRAGES DE RÉFÉRENCE 

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 4

Publié le par Hervé

CLICS HYPERTEXTES EN BLEU TURQUOISE

15/09/2020  (Date réelle de publication)

L'APPRENTISSAGE (1)

 LE KAMISHIBAÏ COURANT

Photo© KAMISHIBAÏ PROMOTION

Cliquer sur les nombres bleus ci-dessous pour approfondir.

Tout ce qu'il faut savoir et maîtriser avant d'envisager la présentation d'un kamishibaï à un public, de façon courante.

A. QUELQUES PRÉCAUTIONS

Avant toute séance, vérifier que :

le butaï est stable en position fermée et ouverte ;

les planches passées, si elles sont posées derrière la fenêtre du butaï, ne risquent, avec leur poids, de faire tomber celui-ci en avant ;

les planches sont dans le bon ordre de passation ;

que les planches n’ont aucun point d’adhérence entre elles car le risque est grand, alors, de tirer deux images au lieu d’une.

   SOMMAIRE  

B. UTILISATION D'UN MIROIR 

Pour maîtriser le kamishibaï, un miroir sera un outil précieux à utiliser de manière transitoire. Il permettra, en occultant les problèmes de coordination, de faciliter au départ les manipulations suivantes : 

 - attraper la première planche (celle devant les spectateurs) et la glisser à l’arrière du butaï (c'est-à-dire devant vous), sans problème de coordination ;

- régler avec aisance Ie passage d’une image à l’autre ;

- utiliser avec dextérité des différentes techniques de défilement de planche.

Dès que l'on sera à l'aise, on continuera le travail cette fois sans miroir. 

  SOMMAIRE  

C. ASTUCES

Pour tirer facilement une planche, il est possible d’humecter le doigt qui tire d’un peu d’eau (utiliser pour cela une petite éponge dissimulée derrière le butaï).

Il peut s’avérer nécessaire pour pouvoir procéder à la lecture de la toute première planche visible, de copier le texte concernant cette planche initiale au dos de la  dernière planche pouvant être vue au départ par le conteur.

SOMMAIRE   ​​​​​​​

D. ENTRAÎNEMENT-TYPE (1)

Avant de proposer à un public,

1. la position pourra être, au départ, assise derrière ou sur le côté du butaï ;

2. prendre connaissance de l'histoire,de la comptine, des devinettes, etc ;

3. introduire l'ensemble dans la fenêtre du butaï ;

4. ouvrir les battants ;

5. procéder à une première exécution en,

- s'aidant de la petite vignette qui indique la planche visible ;

- rangeant les planches passées à plat, appuyées derrière le butaï ou mieux dans la fenêtre de celui-ci. 

Recommencer autant de fois que nécessaire pour arriver à une maîtrise de la cohérence textes/planches. Tendre à une quasi-mémorisation si cela est possible.

S'entraîner autant de temps que nécessaire face à un miroir, avant de se passer de cet accessoire ;

bien articuler et projeter sa voix ;

suivre les didascalies selon ses capacités, son choix d'interprétation ; 

adopter un ton approprié et un rythme cohérent avec les textes, les illustrations et les repères visuels des planches.

Terminer la séance en fermant les battants du butaï, afin de signifier le retour à la réalité.

SOMMAIRE  

E. OPTIMISATION

Après la phase d'entraînement décrite ci-dessus, il sera possible d'effectuer une première présentation publique, mais pour une prestation plus aboutie, il sera nécessaire de travailler en ce sens ;

prendre au plus tôt une posture visible du public. (A défaut, les moins à l'aise garderont celle adoptée en phase d'entraînement). La position idéale est assise ou debout sur un côté , selon que, lors de la représentation, le public sera près du sol ou sur des chaises adulte. Le choix se fera dans la double préoccupation de parvenir à une communication optimale vocale  non gênée par le "mur" du butaï, physique mettant en évidence l'expressivité du visage.

Il conviendra aussi de bien veiller à ;

installer le castelet à battants pour que débute de la concentration ; (2

ouvrir les battants du castelet l'un après l'autre pour que l'imaginaire supplée la réalité ; (2)

bien projeter sa voix ;

 lire le titre et le nom de l'auteur pour entretenir le suspens de l'expectative du spectateur ; (2

favoriser la concentration en ne lisant pas le texte suivant avec la planche passée à la main ou à côté, mais continuer sa narration, une fois celle-ci dissimulée ; 

◆ utiliser au maximum les différentes techniques de défilement de planche ;

mettre en oeuvre des échanges interactif, quand c'est possible pour dynamiser l'attention du public ;

ouvrir et fermer les battants peut faire l'objet d'un jeu de scène avec le public ;

accompagner le kamishibaï, s'il s'y prête, de musique, de bruitages,de chansons ; 

Terminer la représentation par le mot "Fin" ou un autre procédé, suggérant à la fois que le récit se termine et que la concentration sur le monde reprend.(2

SOMMAIRE  

F. AUTRES PRÉCISIONS

Avant une prestation devant un public ; 

l'amplitude de visibilité du butaï, le format des planches détermineront la jauge du public ; plus les dimensions des illustrations seront réduites, plus le nombre de spectateurs sera réduit (exemple format A3 : 30 personnes maximum) ;

la hauteur au sol du réglée en fonction de la manière dont le public est assis et selon de l'âge des spectateurs ;

le butaï peut se mettre à 1 m, ou un peu plus, du public, selon vos préférences.

SOMMAIRE  

G. VIDÉO EXTERNE AU BLOG

 Proposée par le réseau KAMILALA*, Michèle Valentines de la Petite Bibliothèque Ronde* nous offre quelques précieux conseils avant de se lancer. Au menu : le matériel, la préparation, les effets spéciaux, la position du conteur et la glisse

https://www.youtube.com/watch?v=6NZ8IgW5jpg

*https://kamilala.org/ *http://www.lapetitebibliothequeronde.com/

SOMMAIRE  

POUR ALLER PLUS LOIN

Cliquer sur les nombres bleus entre parenthèses pour remonter au texte initial.

(1d'après l'ouvrage La boîte magique d'Edith Montelle, éditions Callicéphale, 2014

(2) Recommandations préconisées par l'IKAJA, en téléchargeables en français sur son site :

https://www.kamishibai-ikaja.com/en/about-eng.html

ou via un PDF de l'association, téléchargeable dans notre langue, en suivant ce lien externe :

https://www.kamishibai-ikaja.com/documents/seminar-documents/how-to-performA3-fr.pdf

SOMMAIRE   ​​​​​​​​​​​​​​

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 3

Publié le par Hervé

01/01/2017  (Date réelle de publication)

LES PUBLICS DU KAMISHIBAÏ

Photo© Biblioteca Redondas-Licence Créative commons.

A qui  lire un kamishibaï ? KP dresse une liste de suggestions.

MÉDIATHÈQUES  BIBLIOTHÈQUES

Incontestablement, ce sont les structures qui programment actuellement le plus de séances de théâtre d'images.La mise à disposition de kamishibaï par de nombreuses médiathèques départementales qui disposent souvent d'un bon catalogue n'est pas étrangère à ce succès.Beaucoup de ces outils culturels l'utilisent notamment pour leur séances de "Bébés lecteurs".

CRÈCHES  HALTES GARDERIES

Au départ, c'est le public idéal pour le kamishibaï. Pour cette tranche d'âge, Il faut choisir des petites histoires avec peu de texte, des comptines, des chansons, des formes jouées pourvues de planches dessinées simples à interpréter, qui permettent aux tous-petits de comprendre facilement. On peut démarrer une initiation aux couleurs, mots, chiffres et latéralisation. Le kamishibaï peut favoriser l'acquisition du langage par l'interactivité qu''il permet. 

Le groupe de crèches privées La Maison Bleue a bien compris l' intérêt pédagogique du kamishibaï et il l'explique dans cette vidéo:

https://www.youtube.com/watch?v=g43XasHy_7w

Photo© Yol. Kamishibaï en maison de retraite. *

Kamishibaïs Editions, dans une page dédiée de son site internet, suggère de présenter et d'utiliser le théâtre d'images dans les structures suivantes:

ÉCOLES 

AUTRES LIEUX

 

Centres de loisirs

Collèges

Maisons de retraite

Structures d'accueil et de soin pour les enfants

HAUT DE PAGE

I.M.E

L'éditeur spécialisé mentionne aussi les professionnels et les associations qui ont beaucoup d'intérêt à utiliser également le kamishibaï:

Ortophonistes Éducateurs

Associations pour le dévellopement de la lecture

Les arguments pour cette utilisation avec ces publics, par ces professionnels sont bien explicités dans l'article de  Kamishibaïs Editions  :

http://www.kamishibais.com/public-kamishibai.php

 

Photo© Yol. Stage de création de kamishibaï: concentration  et application.  *

Edith Montelle, éminente spécialiste du kamishibaï dans son remarquable livre LA BOÎTE MAGIQUE  (1) indique d'autres public tels que:

Personnes handicapées (3)

Edith Montelle raconte l'action d'un éducateur et enseignant spécialisé auprès d'enfants relevant de sa responsabilité:

"La présence du conteur, la possibilité d'adapter le rythme de l'histoire aux spectateurs, les images directement lisibles sont autant d'avantages du kamishibaï pour raconter à des personnes  handicapées ..."(2)

Enfants sourds et malentendant (3)

Edith Montelle recueille le témoignage d'une animatrice pédagogique spécialisée dans l'éducation des enfants sourds:

"Les enfants sourds apprécient beaucoup les planches illustrées qui leur permettent de suivre l'histoire sans trop de difficulté présence du conteur..."(2)

 Public étranger

Edith Montelle cite son propre exemple lors d'une foire commerciale sur le thème du Japon où peu de spectateurs parlaient le français:

"Le kamishibaï, par ses images et le mouvement que le conteur imprime, par les jeux de voix du narrateur, par les bruitages et les chansons qu'il y insère, est compris par tous, quelle que soit la langue parlée par les auditeurs ..."(2)

En prison

Dans le livre d'Edith Montelle, une éducatrice témoigne après sa première séance de kamishibaï auprès de prisonnières. (2)

 

(1) Editions Callicéphale-2014

(2) La suite à retrouver dans l'ouvrage LA BOÎTE MAGIQUE

http://www.callicephale.fr/kamishibai/2738/la_boite_magique

(3)  Il existe d'ailleurs un éditeur spécialisé (handicap et pathologies diverses) qui propose dans ses productions, des kamishibaïs : http://laplumedelargilete.com/

* Yol: http://www.kamishibaiyol.com/ 

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 2

Publié le par Hervé

01/01/2017  (Date réelle de publication)

FONCTIONNEMENT DU KAMISHIBAÏ 

Photo© Stéphanie Caulus. (3)

Cliquer sur le nombre bleu entre parenthèses ci-dessus pour approfondir.

Mise à jour : 1er septembre 2018

Mise à jour : 22 mai 2020

Mise à jour : 23 janvier 2021​​​​​ ICI

KP vous aide à mieux comprendre comment utiliser le kamishibaï dans un butaï.

SOMMAIRE

A. COMMENT PROCÉDER ►ICI

Autres photos pour comprendre

Vidéo pour comprendre (1)

Vidéo pour comprendre (2)

B. AUTRES ANIMATIONS DES PLANCHES ICI

Vidéo pour comprendre (3)

Vidéo pour comprendre (4)

C. CONSEILS POUR LA PRATIQUE ET LA MISE EN SCÈNE ICI

Kamishibaï signifie littéralement : « théâtre de papier ». C’est une technique de contage d’origine japonaise basée sur des images qui défilent dans un butaï (théâtre en bois), à deux ou trois portes. Un kamishibaï est composé d’un ensemble de planches cartonnées numérotées et manipulées par le conteur se trouvant derrière le butaï.

Les planches cartonnées, pouvant aussi être plastifiées; elles comportent les illustrations du kamishibai et se placent dans le théâtre en  bois ou en carton .

Le butai, toujours face au public peut se poser sur différents supports, à des hauteurs variables selon la manière dont les enfants sont assis.

Le butaï est souvent fermé initialement par des volets pouvant être de différentes formes*.

*(Tradition) Au Japon, un butaï avec un volet supérieur en forme de vague(s) est préféré. (5)

Au départ de la séance, le conteur, la conteuse ouvre les"portes" de droite et gauche pour équilibrer l'outil. Il/elle termine par l'ouverture en haut du troisième volet  s'il existe qui lui permettra si besoin de se dissimuler ou de produire élément se servant de ce dispositif tel un castelet.

*Le principe du kamishibaï est simple à comprendre. Le public voient une image tandis que le conteur lit sur le verso de l’image précédente le texte qu’il doit raconter.

*Dès que les volets sont ouverts, la première image de l’histoire peut apparaître à l'auditoire.

Photo © Editions Callicéphale (4)

HAUT DE PAGE

*A. COMMENT PROCÉDER

1.Lire le texte de la première planche qui se trouve au dos de la dernière planche. Le texte à lire est accompagné de l'image en noir et blanc de la planche que voient les spectateurs, ce qui permet au lecteur de ne pas "se perdre"

Photos © Editions Callicéphale (4)

2.La lecture du texte achevée,faire glisser la planche1 vers la droite avec les doigts de sa main droite.

 

3. La planche 2 se révèle au public.

Photo © Editions Callicéphale (4)

4. Lire le texte de la planche 2 qui se trouve écrit au dos de la planche 1 ((accompagné en guise de repère de la vignette de la planche 2)

Photo © Editions Callicéphale (4)

5. Procèder ainsi  jusqu'à la fin du kamishibaï.

LE PDF DE DULALA

Si vous n'avez pas bien compris, l'association (1) a mis en ligne un document utile :

https://www.dulala.fr/wp-content/uploads/2017/01/Conseils-Planches_kamishibai_organisation_texte_image.pdf

SOMMAIRE

EN RESUMÉ (2)

1. Prendre connaissance de l'histoire.

2.Bien vérifier l'ordre chronologique des planches.

3.Introduire l'ensemble dans la fenêtre du butaï.

4.S'entraîner et rôder l'interprétation autant de temps que nécessaire face à un miroir.

5.Produire sa prestation face à un public.

- en lisant le texte ou en le livrant mémorisé.

- en s'aidant de la petite vignette indiquant la planche visible,

-en respectant si nécessaire les didascalies et les repères visuels,

- en jouant avec le geste, la voix, etc...

(1) DULALA : https://www.dulala.fr/

(2) d'après l'ouvrage La boîte magique d'Edith Montelle, éditions Callicéphale, 2014.

Trois vidéos pour comprendre 

Ce site fournit la façon de procéder illustrée par des photos:   

http://blogonoisettes.canalblog.com/archives/2009/06/21/14155297.html

 La Bibliothèque Départementale du Bas-Rhin a publié une vidéo concise et efficace. Bravo à Thomas Deetjen le chargé d'animation pour sa démonstration pédagogique.

https://www.youtube.com/watch?v=2L2a4zD-jM0

Jean-Claude Pommier de la compagnie Pokkowa-Pa (voir onglet SPECTACLES : ICI) fournit aussi la façon de procéder au moyen d'une vidéo:  

http://www.dailymotion.com/video/xx2x2o_comment-utiliser-un-kamishibai_creation

HAUT PARTIE A

B. AUTRES ANIMATIONS DES PLANCHES

1er mise à jour- août 2017

Le lecteur, le conteur interprète* peut utiliser plusieurs effets de défilement qui sont indiqués au dos des planches par des repères visuels.:

Arrêt de la planche en cours de défilement : il est possible d'arrêter une planche (maximum conseillé: 3 fois) pour produire du suspense, effectuer une action interactive avec l'auditoire, marquer un point clé de l'histoire, déclencher un autre effet particulier.

Tirage rapide : il permet de marquer une hésitation, un questionnement du public, etc ...

Va-et-vient : il permet de marquer une ambiance particulière( comme l'imminence d'un danger dans "Sushi"- voir lien vers vidéo ci-dessous), émettre une hésitation, engager un jeu avec le public (questionnement, taquinerie ...)

La vague : glissement d'une planche accompagné de mouvements de haut en bas. il permet par exemple de marquer un déplacement (comme celui du poisson jaune, du barracuda dans "Sushi"- voir lien vers vidéo ci-dessous) 

Fondu enchaîné : par référence au cinéma, glissement continuel très lent d'une planche précédent la suivante qui se révèle peu à peu, à utiliser en cohérence avec l'oralisation. Il favorise la fluidité et se rapproche du dessin animé si familier aux enfants.

*(Tradition) Au Japon, un conteur interprète de kamishibaï, évoluant dans la rue, se nomme un gaïto .

Deux vidéos pour comprendre

 Proposée par les éditions Callicéphale, la vidéo du remarquable SUSHI * (auteur-illustrateur: Thierry Chapeau) nous offre une magistrale lecture avec bruitages de ce kamishibaï par Hélène Hoohs. La comédienne fait une démonstration parfaite de toutes les animations de planche évoquées ci-dessus, prouvant ainsi la richesse de l'outil : 

https://www.youtube.com/watch?v=izCD0lKvVtY

https://www.callicephale.fr/boutique/kamishibai/sushi/

Proposée par le réseau KAMILALA*, Michèle Valentines de la Petite Bibliothèque Ronde* nous offre quelques précieux conseils avant de se lancer :

https://www.youtube.com/watch?v=6NZ8IgW5jpg

*https://kamilala.org/ *http://www.lapetitebibliothequeronde.com/

Bon à savoir

Dans son ouvrage LA BOÎTE MAGIQUE*, réédité en 2014 par les éditions Callicéphale, Edith Montelle cite des exemples précis d'utilisation des techniques d'animation des planches en faisant référence à certains titres kamishibaï.  Voir aussi le sommaire de l'ouvrage ICI

*Lien internet, dans ce blog :  ICI

HAUT PARTIE B​​​

                      C. CONSEILS                            POUR LA PRATIQUE ET LA MISE EN SCÈNE

Le théâtre d'images permet une lecture dynamique, riche d'effets, enthousiasmant pour le conteur, très plaisant pour le public qui le font quelquefois comparé au dessin animé. Pêle-mêle, voici divers conseils:

Le butaï peut se mettre à 1m-2m du public, selon les préférences du conteur.

L'ouverture et la fermeture des battants peut faire l'objet d'un jeu de de scène avec le public.

La hauteur au sol du butaï sera réglé en fonction de la manière dont le public est assis et selon de l'âge des spectateurs.

L'amplitude de visibilité du butaï, le format des planches détermineront la jauge du public.Plus les dimensions des illustrations seront réduites, plus le nombre de spectateurs sera réduit (exemple format A3 : 30 personnes maximum).

L'entraînement préalable devant un miroir est nécessaire.Il permet d'apprendre à attraper la première planche (celle devant les spectateurs) et à la glisser à l’arrière du butaï (c'est-à-dire devant vous),de régler Ie passage d’une image à l’autre, d'utiliser des effets d'animation de planche. (1) 

Pour tirer facilement une planche, il est possible d’humecter le doigt qui tire d’un peu d’eau (utiliser pour cela une petite éponge dissimulée derrière le butaï).

Il est important que le conteur soit attentif aux didascalies (ou indications d’interprétation) inscrites dans le texte par le ou les auteurs du kamishibaï.

Il peut s’avérer nécessaire pour pouvoir procéder à la lecture de la toute première planche visible du public, de copier le texte concernant cette planche initiale au dos de la  dernière planche pouvant être vue au départ par le conteur.

Il est conseillé de bien vérifier avant la séance :

- que les illustrations sont dans le bon ordre chronologique,

- que les planches n’ont aucun point d’adhérence entre elle car vous risquez alors de tirer deux images au lieu d’une.

L'interactivité est vivement conseillée pour dynamiser l'attention du public.

La prestation peut s'accompagner de bruitages,d'imitations de voix (2), de chansons, de marotte, de magie ou...se suffire à elle -même.Un débat existe.

Le conteur doit-il être caché, apparent ou les deux à la fois? A chacun de voir selon son ressenti, ses ambitions.

Le fond doit-il être sobre pour bien mettre en évidence planches et butaî ou doit-on évoluer dans un décor général élaboré? Les avis divergent

Voir aussi dans ce blog cet article ICI ou ICI

Sur le blog Suivre le fil, on peut consulter une page qui complète cet article:

http://lewebpedagogique.com/surlefil/2010/03/20/kamishibai-kesako-2-la-mise-en-scene/

(1) Le guide d'utilisation des kamishibaïs-md.cg63 :

 http://md.cg63.fr/images/Kamishibaisredui.pdf

(2)  Imitations ? Lire à ce sujet sur internet l'opinion exprimée dans "Le kamishibaï,petit théâtre d'images" par Corinne Rochat (Centre de ressources en éducation de l’enfance, Lausanne) et Jacqueline Wernli,( directrice des Editions Paloma magazine) :                           

http://www.ricochet-jeunes.org/magazine-propos/article/389-le-kamishibai,-petit-theatre-d-images

(3) Photo haut de page :  https://www.ccomchat.com/

(4) Le kamishibaï s'intitule: L'épouvantail. 

http://www.callicephale.fr/kamishibai/2695/l_epouvantail

Texte et illustrations de Barbara Martinez / © éditions Callicéphale 2014/

http://www.callicephale.fr/

(5) Source Laurent Devîme

*Photos du butaï ©Hervé Noël  / KAMISHIBAÏ PROMOTION

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

 

Voir les commentaires

PRATIQUER LE KAMISHIBAÏ - ARTICLE N° 1

Publié le par Jean-Claude Pommier

01/01/2017  (Date réelle de publication)

HISTORIQUE DU KAMISHIBAÏ 

Photo© 1946 Photo de presse Harold Lindner / Art postal.com (1).

Cliquer sur le nombre bleu pour approfondir.

Mise à jour : 22 mai 2020

       ● Mise à jour : 26 avril 2021​​​​​ ► ICI

par  JEAN-CLAUDE POMMIER*

*Artiste de talent de la compagnie POKKOWA-PA, pionnier du kamishibaï en France, formateur de renom. Ce dernier a bien voulu accepter de publier dans KP l'un de ses textes utilisés lors de conférences qu'il donne auprès de nombreuses structures liées aux métiers de l'enfance.

PREMIÈRE PARTIE

A partir de la fin des années 20, période intense dans le développement du Kamishibaî, de nombreux conteurs Kamishibaïya sillonnaient le Japon, s’installant sur les places publiques, chargeant des enfants de parcourir les rues du quartier en utilisant les Hyoshigi, bâtons en bois qu’on frappe l’un frappe l’un contre l’autre en rythme, et en criant la formule « Kamishibaï, kamishibaï ! ». Les Kamishibaïya gagnaient leur vie en vendant des confiseries telles que les sucettes à l’eau   « Mizuamé » et proposaient des histoires à épisodes, afin de fidéliser le public. Cette activité engendra un véritable marché au point que des prêteurs sur gage faisaient fabriquer des Kamishibaï de plus ou moins dix images chacun, à des écrivains et dessinateurs, et les louaient aux Kamishibaïya.

C’est l’arrivée du cinéma parlant qui accentua l’intérêt pour le kamishibaï. En effet pour le cinéma muet dans les salles obscures, on utilisait un récitant, placé devant l’écran qui commentait les images avec passion. Ces narrateurs des films muets « Benshi » se retrouvèrent au chômage, avec l’arrivée du cinéma parlant et beaucoup se convertirent alors au kamishibaï. La grande crise économique avait vu fleurir de nombreux métiers des rues et ce théâtre du pauvre, était bien adapté à des conditions techniques minimalistes.

Pendant la période de poussée nationaliste et la guerre, le kamishibaï fut utilisé comme support de propagande et de distraction, jusque dans les abris antiaériens.

C’est à cette époque que se développèrent les premiers kamishibaï imprimés, au contenu pédagogique et éducatif. Parut ainsi une histoire du Christianisme en 12 épisodes, l’histoire du Bouddhisme dues à Takahashi Gozan, des cours d’éducation civique ou différents supports éducatifs pour les écoles maternelles.

DIAPORAMA

Anciennes photos sur le kamishibaï au Japon

http://kamishibai.canalblog.com/albums/anciennes_photos_de_kamishibai_au_japon/index.html

HAUT PREMIÈRE PARTIE

DEUXIÈME PARTIE

Après la seconde guerre mondiale, les partis de gauche qui réapparurent, et en particulier le parti communiste, utilisèrent cet outil pour répandre leurs idées et remettre en cause l’occupation américaine. La police militaire fit d’ailleurs interdire certains programmes trop engagés à leur goût.

A partir du milieu des années 50, arriva la télévision et on appela un temps le téléviseur « denki kamishibaï » (kamishibaï électrique). C’est alors le début de la fin pour le kamishibaï qui devient le symbole de pauvreté.

Le dynamisme de l’économie japonaise et l’organisation des jeux olympiques de Tokyo (en 1964), vitrine du nouveau Japon tourné vers la modernité, accélérèrent la disparition souvent forcée de nombreux petits métiers des rues et eurent finalement raison de ce formidable outil de divertissement « populaire ».

Les illustrateurs de cette génération durent alors songer à leur reconvertion en raison de la disparition du kamishibaï et ils se tournèrent naturellement vers le « manga ».

Parmi les plus connus des « Mangaka » qui firent cette transition on peut citer :

- Shirato Sampeï auteur de la série « Kanuiden » au contenu politique engagé, réaliste et dramatique appartenant au style « Gekiga »( image dramatique ).

- Mizumi Shigeru auteur de la série « Gegege no Kitaro» manga d’horreur du genre « Yokaï »

- Kojima Goseki créateur de « Kozuré Okami », le « loup solitaire et le landau » qui fut adapté au cinéma.

Aujourd’hui au Japon, le kamishibaï est toujours très présent, dans les familles, on peut acheter des kamishibaï de petit format dans les librairies pour raconter à la maison, mais il est essentiellement utilisé dans les écoles et les bibliothèques.

En France, les tenants de la méthode Freinet utilisent ce support d’expression particulièrement bien adapté à la formation au langage, mêlant écrit et illustration. Il connaît aussi un engouement depuis quelques années dans les bibliothèques, comme support bien adapté pour raconter des histoires aux enfants.  

* JANCLOD ou Compagnie POKKOWA-PA

Dans ce  blog  ICI et ICI

(1Photo de presse Harold Lindner de 1946. Tateyama (Après-Guerre). Une séance de kamishibai par un conteur de rue. Photo présente sur le site Art postal.com qui met à disposition une exposition sur le thème : http://www.artpostal.com/Location_exposition_Le_kamishibai.aspx

POUR ALLER PLUS LOIN

*SITE DE LA COMPAGNIE POKKOWA-PA

https://pokkowa-pa.pagesperso-orange.fr/

Évocation des premiers conteurs 

Proposition offerte par une maison allemande de matériel et d'accessoires pour  kamishibaï, sur son site. Il s'agit d'une animation filmée, en 4 planches, dans un butaï . Le traducteur de Google permet d' obtenir le texte en français sous-titré. 

1. Se rendre sur le site,

2. Activer la traduction.

3. Cliquer à droite sur la première vignette en noir et blanc de "Démonstrations" (ou en allemand "Vorführungen") :

 https://www.kreashibai.de/

Vidéo pour comprendre... 

proposée par l'association DULALA*Michèle Valentines de la Petite Bibliothèque Ronde** raconte l'histoire du kamishibaï :

https://www.facebook.com/dunelanguealautre/videos/784710018644370/

*  Dans ce blog, bas de page (5) ICI

** Dans ce blog, bas de page (1) ICI

Autres pistes

Marie-Charlotte Delmas, auteure, scénariste, historienne des croyances et superstitions populaires et éminente spécialiste du kamishibaï, apporte sur son site (à recommander) d'autres précisions concernant les origines de l'outil et consacre un intéressant paragraphe sur "Les promoteurs du kamishibaï éducatif".

http://www.mc-delmas.com/?page_id=124

Dans son ouvrage LA BOÎTE MAGIQUE*, réédité en 2014 par les éditions Callicéphale, Edith Montelle, autre spécialiste, fait l'historique du kamishibaï  en amenant d'autres précisions encore

 Lien internet, dans ce blog, en bas de page :  ICI

Dans La médiathèque de Soultz (Haut-Rhin) apporte des précisions sur les gaïtos (conteurs) et le hyoshigi (instrument rituel utilisé).

 Adresse internet : 

http://mediathequesoultz.over-blog.com/article-23468472.html

La médiathèque départementale du Var a publié sur internet "Une histoire du Kamishibaï " avec quelques précisions supplémentaires. (Cette publication est accessible en tapant, précédé de la mention pdf, le titre en italiques et les références de la médiathèque.)

DISPONIBILITÉ DES LIENS INTERNET

ICI

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 > >>